La plateforme infinite RPG fermera à partir de novembre 2019. En savoir +
{{{$data->nom}}}

Exquisite Words

Scène libre : Buffet de bienvenu

Créer une scène libre Répondre

RP posté le

15h, l'heure de la sièste. C'est du moins ce qu'aurait espéré Alexandre après le service du midi qui avait vu quelques clients difficiles rendre pénible le service.

Le patron de l'hôtel était à cheval sur le bien être des clients et, pour éviter le genre de désagréments qui s'étaient déroulé ce midi là, le choix avait été fait d'organiser , chaque jour, de 15h à 18h, un buffet géant sur le toit. Le but? Présenter les différents choix de repas, de nourriture, de prestation.

Se rendait il seulement compte de la masse de travail, que cela représentait ?

Soupirant intérieurement , Alexandre se tenait droit, mains dans le dos, regard droit, en chemise propre et demi tablier. Il attendait les nouveau clients pour présenter :

Buffet froid : viande rouges, viandes blanches, poissons... tout ce que vous pouvez imaginer, Alexandre le cuisineait. Même en cas de demande particulières. S'adapter était la clé de la réussite.

Côté chaud : entre les plats mijotés, les plats braisés, à l'étouffés. ... et ceux cuits à la minutes! La quantité de nourriture était juste hallucinante et cela déprimant Alexandre de ne pouvoir tout utiliser et de jetter certains sont aliments en fin de journée. .. Il en dirait deux mots au responsable...


En attendant, seul sur le toit aux bordureservices à demie hauteur,un léger vent mélangeait les parfums des différentes tables de présentation. Derrière son plan de travail, il s'était perdu dans ses pensées.

0

RP posté le

Errant dans les couloirs de l'hôtel sans trop savoir où aller, Liberty fût orientée vers le rooftop pour une dégustation des mets proposés par l'établissement.Son ventre grognait, elle n'avait rien mangé dans sa fuite. Elle se questionna alors sur sa cavale, son installation à l'Exquisite... L'entretien avec le directeur avait semé le doute en elle, et elle souhaitait ne pas s'y éterniser. Elle gravissait les dernières marches de l'escalier, se promettant de chercher un emplois le soir même pour ne pas avoir à vivre sur les économies que sa famille lui avait donné - et aussi pour profiter de sa passion -.

L'air extérieur était frais et calma son stress qui commençait à monter. A sa grande surprise elle était seule sur le toit. Enfin pas seule, il y avait un employé avec un demi-tablier noir. La vue sur central Park et ses environ lui coupa le souffle, le rooftop semblait hors du temps. Son estomac se rappela à elle mais elle n'osait pas. Elle patienta quelques minutes en espérant que d'autres clients arrivent, regardant la piscine, le jacuzzi, feignant de s'intéresser au sol, puis finit par se rapprocher du buffet. Viandes blanches, rouges, poissons ... il y avait de tout. Elle approcha une assiette d'une volaille farcie accompagnée d'une sauce dont s'échappait un agréable fumet prometteur d'une prise immédiate de calories, salivant à l'idée de profiter de ce met dont elle n'avait pas l'habitude.

0

RP posté le

Une cliente! Enfin.... peut être ? elle semblait attendre quelque chose, peut être une autre personne? Profitant de ce répit pour la détailler, il analysa sa corpulence. Trop peu de graisse, un peu de carrence en protéine, une forte dose de calcium... Son corps semblait musclé et proportionné. Au vu du port de tête, il l'imaginait danseuse,gymnaste ou pratiquant tout autre activité intense. Ses formes se révélaient avec ses habits et la jeune personne qu'il estimait dans la 20aine, semblait au final,plus perdu qu'autre chose. <br/>

Se rapprochant de la jeune demoiselle, il se plaça à sa gauche en la scrutant. Il ne devait pas en oublier son travail....<br/>

-Mme....? Je me prénomme Alexandre Cordevant, cuisinier de cet hôtel. Puis-je vous suggérer de ne pas prendre ce plat? Vous n'avez pas vraiment d'utilité à prendre autant de calories en une seule assiette...<br/>

Son regard était neutre et il se tenait toujours droit. Il ne voulait que son bien après tout... Ah... oui, service au client... Un sourire s'étira sur son visage alors qu'il montrait une salade de poulet froid aux épices cajun, agrémentée de graines mutliples, d'avocat, de potiron, de petit morceaux de fromages et de quinoa.

0

RP posté le

D'abord sous le choc de la recommandation du cuisinier - ainsi qu'étonnée de son accent ... français ? - Liberty eut besoin d'un moment pour reprendre ses esprit et encore plus pour imaginer une réponse ... qu'elle ne prononça jamais. De quel droit se permettait-il de lui parler ainsi ? Que cherchait-il ? Voulait-il volontairement l'offenser ou simplement faire son travail ? Elle se mordilla la lèvre, cherchant quoi faire, quoi dire, posant son regard sur le tablier immaculé de celui qu'elle imagina être un - le ? - cuisinier. Elle se rappela qu'elle n'était pas là pour subir à nouveau, elle était là pour faire ses propres choix, vivre sa propre vie. Elle glissa un regard vers la salade qu'il lui montrait. Sa décision était prise. Liberty le regarda dans les yeux - elle dû lever le visage car il était légèrement plus grand qu'elle -, glissant au passage sur ses traits délicats et son sourire plaqué.

- Je vous remercie pour le conseil Monsieur... Cordovant, répondit-elle.

Elle se tourna vers le buffet, déposa dans l'assiette un carpaccio de saumon et l'accompagna d'une petite salade avocat-concombre, adressa au jeune homme un sourire au coin et haussa un sourcil de défit en dégustant une fourchette de poisson citronné.

- Je m'excuse, je ne me suis pas présentée. Je m'appelle Liberty.

Elle souriait à présent ouvertement bien que timidement. Se sentant rassurée par son petit acte de rébellion. Libérée.

0

RP posté le

Alexandre laissa la jeune femme se servir, de toute façon, intervenir ne ferait qu'empirer les choses. Retournant derrière son comptoir, mains dans le dos de nouveau, il secoua doucement la tête avant de répondre d'une voix calme et posée

- Mme Liberty, je vous recommande pour vos prochains repas d’éviter ce genre de poisson gras en pleine après midi. Pour ce soir, je vous recommanderais de manger le genre de salade que je viens de vous proposer. Je vous recommande d'ajouter du pain à votre assiette et vous propose en boisson un jus énergisant. A moins que vous ne vouliez passer une après midi sans activité physique, de quelque nature que ce soit.

Définitivement, parler en y mettant la forme en anglais, ce n'était pas du tout son fort. La concentration et l'énergie qu'il devait mettre dans ces longues phrases polies l'épuisaut déjà mentalement.Mais bon, si elle voulait avoir encore faim dans l'après midi et se sentir fatiguée ce soir, c'était son choix après tout.

Touillant un bol de soupe, il l'observa de nouveau. Elle semblait relativement normale et il n'était pas encore habitué à ces interactions sociales. Lui qui ne parlait en générale qu'à ses poelles et à des animaux morts ou sur le point de l'être...

Mal à l'aise, il désigna les dessert pour parfaire ce qu'il pensait qu'on attendait de lui.

- Pour terminer, je vous propose une crème brûlée à la vanille. Bien sûr, tout est fait maison.

Ce qui était bien la raison pour laquelle que tout cet étalage de nourriture l'embêtait et l'énervait intérieurement. Heureusement qu'il n'y avait pas de pique assiette pour le moment. Après tout, le repas était inclus dans certaines formules de l'hôtel et il n'avait pas de registre pour le savoir. Lui ne s'occupait que de sa cuisine, en sous-sol, alors être maintenant sur le toit, exposé pour démontrer le luxe de l'hôtel...

0

RP posté le

Les conseils maladroits du cuisinier la surprenaient une nouvelle fois. Qu'un employé dans ce type d'hôtel de luxe parle de la sorte à un client relevait soit d'une débilité profonde, soit d'une gêne maladroite au contact de l'autre, et s'il aurait été agréable pour son ego - pourtant peu présent - de le ranger dans la première catégorie, elle l'imaginait facilement isolé, seul face à ses fourneaux. Peut être qu'au final il était le plus normal dans cet hôtel. Peut être. Et il avait au moins le mérite d'avoir préparé tous ces plats dont l'odeur suffisait à déterminer qu'ils étaient délicieux. Liberty rangea sa fierté piquée au vif et lui souri.

- Je vous remercie pour vos conseils Mr Cordevant, nous verrons donc ce soir pour la salade, elle est appétissante. Néanmoins je ne regrette absolument pas ce carpaccio, il est vraiment succulent. Je ne sais pas trop si je dois vous féliciter ou vous remercier, je n'ai pas l'habitude a vrai dire, donc je vais faire les deux. Dommage que vous ayez eut à réaliser tous ces plats pour une seule cliente. J'aurais presque envie de tous les goûter pour éviter de les gâcher.

Elle regarda un moment les tables du buffet, chargées, jugeant intérieurement les pratique du monde du luxe sur la surconsommation et le gâchis, sachant pertinemment que d'ici a Central Park - pourtant juste à côté - elle croiserait au moins trois personnes dans la rue affamées. Elle se rendit compte qu'elle s'était perdue dans ses pensées, sourcils froncés et moue réprobatrice. Elle se reprit et afficha de nouveau un sourire courtois.

- Et je serais ravie de goûter à votre crème brûlée à la vanille, si c'est ce que le chef recommande.

En y réfléchissant bien, elle le trouvait presque rassurant cet homme maladroit et franc. Et puis il semblait tout aussi passionné par son métier qu'elle par le siens.

0

RP posté le

D'un naturel peu sociable et préférant largement observer que discuter, sauf avec la nourriture -et oui, elle vous parle quand vous savez y faire-, il la scrutait sans ciller. Ses réactions lui permettait de lire en elle aussi facilement que dans un livre ouvert et il apprécia beaucoup qu'elle trouve cette quantité de nourriture absoluement dérisoire. Mais pour défendre l'hôtel, il répliqua doucement :

- Vous ne serez peut être pas la seule. Ce buffet dure jusqu'à 18h.

Et il n'avait aucun moyen de s'asseoir... Sauf si il se prenait une pause et fumait un peu. Mais non seulement l'odeur de la cigarette allait gâcher le reste, mais en plus si jamais le patron venait pour x ou y raison, il était presque sûr qu'il se ferait remettre à l'odre de ne pas être toujours prêt à servir durant ses heures de travail...


Se dirigeant vers la crème brulée, il lui tendit un petit récipient de terre cuite contenant le dessert, posé sur une assiette plus grande, en belle porcelaine blanche. Autant dire qu'il valait mieux ne pas la faire tomber. Ce genre de chose se brisant toujours en milles morceaux.

- Souhaitez vous en savoir plus sur les prestations de l'hôtel en matière de restauration?

Parce que cet évènement n'était qu'une parie de l'iceberg et le but était bel et bien d’amener les clients à consommer et à faire grimper la facture.

0

RP posté le

Liberty savait - grâce aux émissions télévisées - que la nouvelle mode parmis les chefs cuisiniers amoureux de leur métier comme lui semblait l'être c'était de limiter le gaspillage, pas mal de restaurants se faisaient taper sur les doigts pour ne pas respecter cela, elle se demandait si la réponse de l'homme en face d'elle était sincère ou s'il craignait juste qu'un supérieur ne débarque... peut être étaient-ils écoutés. Elle préféra écarter cette possibilité, se faisant déjà bien trop de soucis à son goût.

Elle finit son assiette de carpaccio avant de poser la vaisselle sur un coin dégagé du buffet qu'elle espérait prévu à cet effet. Le rooftop était toujours aussi vide qu'à son arrivée, chic, riche, mais dépourvu de vie. Cela lui rappelait un peu trop cette vie qu'elle avait quitté. Elle frissonna sous le vent qui se levait - et à la pensée de sa famille - et regretta que sa veste ait été déposée dans sa chambre avec le reste de ses maigres affaires. Le cuisinier lui tendit alors la crème brûlée qu'il lui avait recommandée, ne lui laissant pas vraiment de choix. La croute craqua sous l'effort de sa cuillère , puis chaque arôme s'envola en bouche et explosa contre son palais. Liberty ferma les yeux pour apprécier le dessert, elle ne les rouvrit que lorsqu'il s'adressa de nouveau à elle. Est-ce qu'elle souhaitait en savoir plus sur les prestation alimentaires de l'hôtel ? A vrai dire la seule chose sur laquelle elle souhaitait en savoir plus c'était son futur.

- Je veux bien, quelles sont les horaires de service ? Et si l'on souhaite avoir un menu plus spécial, plus adapté, est-ce une possibilité ?

Ses questions étaient intéressées, elle allait devoir passer des entretiens pour trouver un emplois et ils pouvaient avoir lieux à tout moment de la journée... ou de la nuit - en plus de lui demander une certaine quantité d'énergie. Elle n'était pas vraiment sûre de passer ses repas à l'hôtel, elle espérait visiter un peu, s'échapper de la lourdeur des lieux et surtout travailler rapidement. Mais comme l'avait dit un personnage d'une série qu'elle adorait regarder : il y a seulement quatre règle à se rappeller, faire le plan, l'exécuter, attendre que le plan déraille et oublier le plan. Peut-être n'aurait-elle pas le choix.

0

RP posté le

L'odeur... Cette GROSSE odeur de nourriture, lui chatouillait les narines ! Mais qu'est-ce qui ce passait ? Se demanda la jeune fille, qui venait de rentrée d'une promenade avec Diefenbaker. Son flair lui disait "C'est en haut, pas en bas". Effectivement, il n'y avait rien au restaurant.

Près de celui-ci se trouvait alors une annonce : Buffet géant sur le rooftop de l'hôtel de 15h à 18h ! Ses yeux s'illuminèrent, pas que c'était une goinfre invétéré, mais rien que le mot "Géant"... Elle fit le numéro de son père :

- Papa, y a un buffet géant sur le...le... Là ou il y a la piscine ! J'peux y aller ?
- Hum... Callista, tu sais, qui sera sûrement là-haut ?
- *hésitante* Alex ?
- Mr.Cordevant pour toi, jeune fille. écoutes, tu peux y aller, mais si tu dois avoir contact avec lui, ou d'autres personne... Essaye...
- De m'faire discrète, je sais.
- C'était plutôt à civilisé que je pensai *rire* Mais si en plus tu es discrète, ce sera top.
- Papa !
- *Rire* Allez vas-y, j'arrive bientôt de toute façon.

Effectivement, le dernier incident avec le cuisinier, avait eût lieu en début d'année. Leur première rencontre, fut assez compliquer dira-t-on. Du coup, ses interactions avec lui... Avait été limité au strict minimum. Force été de constater, que depuis quelques semaines, elle avait fait des progrès au niveau social, surtout après le dernier incident avec Cillian, ou elle semblait s'être libéré, d'un véritable poids émotionnel. Mais était-ce suffisant ? Pas tous le temps... Mais elle allait beaucoup mieux.

Après s'être changer et avoir mit une petite robe courte blanche, accompagner de Diefenbaker, qui jouait souvent rôle de "Teen-sitter" avec elle, elle arriva au rooftop, s'étant laisser littéralement guider par l'effluve de la nourriture. Quel surprise, en découvrant le buffet ! Ses yeux brillait de mille feux en le regardant, quand Dief l'a rappela à l'ordre en aboyant : Cela voulait, qu'elle devait vérifier s'il y avait des gens avant de s'engager dans un espace. Effectivement, il y avait évidement Alex le cuisinier, et une nouvelle cliente, une jeune femme, qui semblait presque avoir son âge.

Se dirigeant donc vers eux, seconder de Dief... Elle le regarde et lui dit tous bas :
- Eh ! Dief, oubli pas qu'Alex aime pas trop les clebs, alors... Si tu veux rester un peu loin de lui, ce s'rait sympa.

Ceux à quoi le loups blanc répondit par une petite plainte, avant d'aller se coller à un mur, pour observer. La jeune fille arrive alors près d'eux, la viande froide l'appel... Mais d'abord les gens, alors feignant un de ses sourires dont elle a le secret, elle s'adresse au deux seul personne présente :
-*faisant un signe de la main* Salut Alex... Euh... Mr.Cord... Devant. *Puis se tournant vers la jeune femme à sa droite* Salut, mademoiselle, j'm'appel Callista, Callista Kelly WINGS *Lui tends la main* Hum... Enchantez de te... De vous rencontrez.

Pour l'instant, c'était du tous bon, même si elle n'avait qu'une envie à cet instant précis : Manger !

0

RP posté le

Retenant son souffle, Alexandre observa la jeune femme apprécier son dessert. De légers frissons lui parcoururent la nuque, mais n'étaient pas du au léger vent qui mélangeaient les parfums des plats. Voir que son travail était apprécié à sa juste valeur était quelque chose d'inestimable pour le garçon qui voulait se démarquer ici, au pays de la saucisse et du hamburger gras et saturés d'horribles produits.

Sur le flyer qu'il lui tendait un flyer sur lequel on pouvait lire :


Restauration de l'Exquisite

Restaurant
Ouvert 7/7j, 7h30-10h30; 11h30-13h ; 19h-22h30

Chaque jour notre équipe vous proposera des plats raffinés et faits maison. Toutes vos envies peuvent être cuisinées et nos serveurs vous proposeront une carte en fonction de la saison avec des formules adaptées à tous les budgets.

Service d'étage

Sur simple coup de fil à la réception. Formules pour toutes envies : de jour comme de nuit. Nous nous adaptons à vous.


Mais alors qu'il allait expliquer à la demoiselle ce qu'il en était pour être parfaitement clair, la porte du toit s'ouvrit. Rassuré de voir que d'autres personnes venaient, il afficha un sourire sincère avant de se figer en posant les yeux sur la bête. Non, sur le monstre. L'hôtel devrait sérieusement repenser sa politique sur les animaux songea le jeune homme dont les couleurs venaient de partir.


Saluant d'un signe de la tête, il se souvenait très bien de cette personne qui l'avait traumatisé peu de temps après son arrivée à l'hôtel. Se comportant comme l'employé qu'il devait être, il désigna de la main le buffet sans pouvoir émettre le moindre son. Non, définitivement, sa phobie des canidés et autres bestioles à dents pointues qui déchirent votre chaire en deux secondes, était un véritable handicap à cet instant.

Essayant de reprendre contenance, il fixa plutôt son regard sur Liberty et murmura alors

- Vous avez besoin d'explications supplémentaires?

Bon, ce n'était pas tant professionnel que ça d'ignorer à moitié l'autre femme et il en était mortifié, mais il ne pouvait faire autrement...


0

RP posté le

Liberty prit le flyer que le jeune homme lui tendait et le parcouru des yeux. En découvrant les horaires du restaurant, elle se demanda combien d'heures de travail incombaient au chef cuisinier. Elle se fit la réflexion qu'avec ce temps passé dans sa cuisine surchauffée pour répondre aux besoins, aux désirs, des clients, c'était normal qu'il ne soit pas vraiment sociable.Elle s'apprêtait à lui faire la réflexion lorsqu'elle entendit la porte du toit s'ouvrir. Elle s'imaginait déjà assister à des scènes où le cuisinier ferait part de ses conseils de façon frontales à des gens de la Haute qui s'emporteraient tandis qu'elle s'en amuserait intérieurement, mais quelque chose sur le visage de Mr Cordevant la ramena à la réalité. Sa peau avait pâli à l’extrême et son sourire s'était fané près immédiatement après être apparu. Il semblait vouloir fuir du Rooftop et cela commençait à être contagieux. Liberty se retourna et aperçu une jeune femme ... et son loup. Liberty était tentée de se pincer pour vérifier qu'elle n'était pas entrain de rêver mais elle savait pertinemment que ce n'était pas le cas. Cet hôtel lui inspirait de moins en moins confiance.Elle se tourna vers le cuisinier, les yeux écarquillés, et l'entendit lui demander si elle souhaitait avoir des explications supplémentaires. Elle ne parvenait pas à savoir s'il lui disait cela par pure politesse ou si c'était une perche tendu pour s'éloigner de la bête. A ce moment là elle serait allée au bout du monde avec lui, pourvu qu'ils s'en éloignent. Elle eut tout juste le temps de former un "What the hell" lisible sur ses lèvres avant que l'inconnue ne parvienne à leur hauteur et se présente en lui tendant la main. Liberty fit mine de se reprendre et serra la main de Mlle Wings.

- Je m'appelle Liberty.

Elle vérifia du coin de l’œil la position du loup, assis un peu plus loin contre un mur. Elle se posait pas mal de question sur l'animal et sur sa relation avec la jeune femme - est-ce qu'il lui obéssait ? ou allaient-ils finir par se faire manger ? -, mais elle ne savait pas encore si elle souhaitait engager la conversation avec elle. Liberty posa son regard sur Mr. Cordevant qui ne semblait pas avoir reprit de couleurs sous son air fermé.

- Je suis plutôt... sportive, vous pourriez me composer un menu spécial répondant à mes besoins ? Pour les petits déjeuners et déjeuners uniquement, je ne sais pas vraiment ce que ce coin de la ville propose à manger.

Un sourire poli étirait ses lèvres. Être professeur de danse c'était déjà quelque chose, mais elle avait autre chose en tête : reprendre les battles de danse comme elle avait pu faire ces dernières années, dans des boites de nuit, des lieux désaffectés, des parkings ... . Bon bien sûr dans les Hamptons ce n'était pas monnaie courante, elle avait dû faire le mur ou mentir à ses parents pour quitter la ville le soir et revenir au petit matin. Mais ici ... ici elle avait la sensation que ce serait plus facile à trouver, et il fallait que son corps continue à suivre le rythme.

0

RP posté le

Bah bravo... Belle première impression. Elle s'était changer, pour ressembler à une fille, elle avait dit à Dief de rester à l'écart, avait fait l'effort de ne pas se jeter directement sur la nourriture, et d'être polis, tout en "essayant" d'avoir un langage à peu près correct... Et ils avaient tous les deux des têtes... Bizarres. Ils étaient blanc. Le cuisinier passe encore, mais la jeune femme ? Cette fille ne l'a connaissait même pas, qu'elle paraissait déjà avoir envie de se tirer !

Triste c'était bien peu pour décrire son état, elle avait plus envie de lui sauter dessus pour lui demander : "Quoi ? Ma tête te r'vient pas ?" D'ailleurs en la regardant, elle commençait déjà serrer les poings quand *Aboiement*. Juste à temps, avant que ces yeux ne "change". Desserrant les poings, prenant une légère respiration, elle tente de nouveau un sourire :

- En-Enchantez L-Melle Liberty. *Hésitante, mais était-ce nom ou son prénom...?*

Bon, après-tout elle était là pour la "bouffe". Il y avait de la viande rouge, de la viande blanche... Blanche, berk... Truc tous sec. Elle se posait maintenant une question, tout en se triturant les doigts, pouvait-elle se servir, juste comme ça ? Une assiette et voilà. N'étant pas très doué comme son père, pour les manière, sinon encore moins que lui... Une minute ! De la viande et pas d'os ? Euh... Bien-sûr ça sentait bon, plus que bon, mais y avait quand même pas d'os... Elle aimait bien mâcher les os, les faire péter sous ses dents, pour en manger la moelle à l’intérieur...

- Euh... Y a pas d'os dans vos viandes... S'il vous plait ?... Si y en a pas, c'est pas grave... J'mangerai que la viande. *Elle réfléchit* En tous cas ça sent super bon ! Du coup ça doit être super bon aussi.

En général, les gens aime bien les compliments. JL avait dit que ça détendait l'atmosphère, que plus vulgairement ça vous les mettez dans la poches, donc bon. De toute façon, ce qu'elle avait dit n'était que pur vérité. Ce n'était pas comme-ci elle lui avait dit, des choses qu'elle ne pensait pas.

Quand l'autre fille dit qu'elle était sportive, toujours en souriant elle sauta sur l'occasion :

-*D'un ton très enthousiaste* Moi aussi !... *Calme son ton* Je suis sportive. Enfin... je crois, je pense. J'aime bien faire la course avec p-Dief. Diefenbaker. Enfin, j'aime courir, sauter, grimper ou j'peux... Non pas vraiment, mais c'est bien de savoir grimper et sauter, jouer au frisbee aussi !... Avec Diefie... Et me battre aussi j'aime bien... *Oups, ça ce n'était pas utile de le préciser peut-être* P-Pour de faux ! Genre entraînement... Avec mon père, pas avec des gens. Ce s'rait pas sympa... Vu qu'ils m'ont rien fait.*S'enfonçait-elle encore plus ou non ?* T-Tu... Vous faites quoi, comme sport ?

Bon, on verra bien ce que ça donne... De toute façon, pour l'instant, Diefenbaker veillait au grain.

0

RP posté le

Je regardais les deux jeunes femmes en étant complètement paumé et stressé. Mais à la question, je tombais de ma chaise. Hein? Des os? Ben si.. Il y en avait sur les pilons et les morceaux de poulet.. Et puis il y avait les os à moelles avec le ragout....

Tendant le doigt, je fis un effort suprême pour désigner ces derniers.

-Là... Mais si vous voulez des os tout court je peux aller voir dans ce qui a été gardé aux chiens, mais sachez que ça n'apporte pas grand chose de nutritif...

Revenant sur liberty, je retrouvais un peu de couleur. Mais quand le loup aboya, je crispais si fort mes doigts que je m'en fis saigner les paumes. Je hochais alors simplement la tête. Je ferais des plats particuliers, riches en protéines et équilibré pour cette sportive. Elle ne manquerait de rien et serait énergique...MAIS MON DIEU QUE FAIT UN LOUP SUR UN TOIT A COTE DE LA NOURRITURE!!!!

J'avais juste envie de hurler de peur....

0

RP posté le

La situation devenait de plus en plus étrange : Mr Cordevant serrait les poings et semblait éprouver quelques difficultés à retrouver son aplomb, et la demoiselle avait une étrange façon de communiquer. Sans mentionner le loup qui était toujours présent.

- Je suis danseuse, répondit Liberty à la jeune femme.

Le cuisinier quant-à-lui se contenta d'acquiescer à sa question sur les repas sans que la moindre parole ne franchisse ses fines lèvres. Liberty aurait juré qu'il n'était pas simple de provoquer ce silence chez lui, elle avait en quelques sortes récemment découvert que cet homme avait une passion telle pour son métier qu'il en oubliait les règles de savoir-être avec les clients, comme si cette amour dévorant pour la cuisine avait englouti tout le reste et fait sauter les filtres sociétaux dont chacun est plus ou moins pourvu. Elle eut l'impression qu'il ne souhaitait pas parler d'avantage avec elle, et ce constat provoqua chez elle un fort sentiment de solitude. Non pas qu'elle tenait à lui, mais il était la personne dont elle avait été la plus proche depuis son départ. Regardant la ville s'étendre au delà des rambardes du rooftop, elle frissonna de nouveau et passa sa main gauche sur son bras opposé comme pour se réchauffer. Il était temps de songer à redescendre.

0

RP posté le

Quand elle connaissait les gens, ça allait, mais les autres qu'elle ne connaissait pas, ou qui semblait pas vraiment "enclin à l'accepter"...

Comment voulez-vous réussir à apprendre à mieux vous intégré, être plus social, et tous le tremblement, si personne ne fait d'effort à leur tour, pour vous accepter ? De plus, il avait une autre grosse odeur qui s'élevait, parmi les arômes des repas présents : La peur, le stresse... L'angoisse. Quand elle le perçu, elle ne pu que regarder Alexandre. Même la jeune femme, qui se disait danseuse, ce contenta juste de ça.

Elle faisait des efforts pourtant, la tristesse de la situation se dessinait de plus en plus sur son visage. Puis, léger, très léger, mais bientôt assez perceptible : Du sang. Elle fît un petit droite-gauche sur la table, mais rien ne semblait en contenir, ou alors il était cuit, mais cette odeur-ci : Elle venait encore du cuisinier. Elle le regarda alors inquiète et interrogative, que lui arrivait-il ? Là seule façon qu'il ait de sentir l'hémoglobine, c'était de saigner, mais d'où ?

-*Hésitante* M-Monsieur Alex... Est-ce que ça va ? Vous... Vous vous êtes blesser ?

0

RP posté le

Dés le moment ou Jake avait entendu Callista lui dire, qu'elle allait participer à ce repas "improviser", il s'était dépêcher de finir ce qu'il faisait, et de rentré au plus vite. Ce n'est pas qu'il ne lui faisait pas confiance, mais c'est au circonstance imprévus, qu'il ne faisait pas confiance. Petite différence.

Ainsi rentré, il enfila une veste un peu plus sobre, en tissu, au lieu de son blouson habituel et hésita un peu avant d'enlever ses mitaines. Arriver presque en haut, il fût accueilli par cette agréable odeur de mets succulent, qui l'apaisa... Et lui donna encore plus faim aussi. Cependant, en passant la porte, la réalité était tout autre... Hélas.

Tout le monde était tendu ! Sans surprise, le cuisinier était le plus tendu de tous. Le problème avec le stress, malgré les pauvres gens qui en souffre, c'est qu'il était facilement communicatif, de quoi vous pourrir une très bonne après-midi, ou même soirée. Alors en entrant, il perçu Dief' son "baromètre", puis aperçu Callista, et enfin "la jeune femme", une nouvelle cliente sans doute, moins nerveuse semblait-il. Diefenbaker était un peu tendu, les animaux sont tous chacun à leur degré, de vrai éponges émotionnel. Ce sont des miroirs, réfléchisse votre état, et là en l’occurrence ce qui dominait c'était, la tension. Alors JL dit son nom, AVANT de se mettre devant lui, et de s'accroupir :

-*Le caressant le loups aux oreilles droites* Salut bonhomme, ça va ? T'as passer une bonne journée ? *Le loup s'apaise et frotte le museau contre sa main* Oui, c'est bien mon grand. Dis, je sais que c'est pas ta faute, mais... Si redescendait *Il fait entendre une petite plainte* Oh allez, où alors tu t'éloigne un peu plus. Allez s'il te plait ? *Il se recouche de noouveau quand même* Bon, si j'trouve des os, j'te les amènes, et même, si j'en trouve pas, j't'en achète dés demain, ok ?

Finalement, le gros canidé lève la tête, baîlle, puis se lève et va se coucher plus loin. Diefenbaker, c'est fait. Maintenant, les autres ! Le plus compliquer. Faut pas croire, gérer un animal c'est beaucoup facile que gérer des humains, on se demande pourquoi... Il s'avance donc vers la table, calme, toujours aussi flegmatique, et observe Callista, dont l'attention est accrocher au cuisinier, il essai de faire d'une pierre deux coups :

-*S'adressant à la cliente, en souriant toujours en essayant de cacher ses dents le mieux possible* Bonsoir, Mademoiselle, je me présente : Jake Lucas GROM *Attends qu'il lui ait serrer la main*. Il me semble que vous avez déjà fais la connaissance de ma fille chérie *dit-il en la prenant sous son bras, histoire de la déconcentré*
- Papa, j'crois que le cuisinier est blesser *Dit-elle doucement en levant la tête vers lui, et en lui faisant un clin d’œil*

Et merde... Après coup, ça sent le sang, alors toujours en souriant, calme, regard toujours poser sur la jeune femme, il ne peut juste pas s'empêcher de soupirer : Circonstance : 1 JL : 0

0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>